En Théorie

Pop Culture, Littérature et Chamallows

Mo Hayder – Viscères.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Mo Hayder est une auteure anglaise faisant dans le roman noir. Ces premiers livres (Birdman, L’homme du soir) ont été très bien accueillis par la critique et par les amateurs du genre. En l’espace de peu de temps, elle a imposé son nom parmi les plus grands.

J’avais donc beaucoup d’attentes envers ce livre. En tant que grand amateur de roman noir (voire très noir), je m’attendais à une histoire aussi torturée et horrifique que les précédentes. La 4ème de couverture m’y invitait d’ailleurs en précisant : « Destiné à devenir un classique ».

Et résultat … bah j’ai été un peu déçu.

Le pitch est simpliste et est assez efficace. Une famille a vécu l’horreur il y a des années. Alors que le meurtirer est derrière les barreaux, l’histoire se répète.
Effectivement, on a tous l’impression d’avoir lu 25 fois ce genre de livre. Mais le style très visuel de l’écrivaine fait mouche. On se prend alors au jeu, à essayer de démêler le vrai du faux. Pour les connaisseurs, on en apprend plus sur le passé de Jack Caffery et sur Le Marcheur.

En définitive, c’est peut-être la partie qui m’a le plus intéressé. L’histoire générale est intéressante et détaillée mais un peu trop prévisible. Certains passages tiennent du gore mais ce ne sont que des détails.
Je cherchais une livre horrifique qui me ferait me questionner sur la nature cachée des gens et je me suis retrouvé avec une histoire somme toute assez classique mais bien ficelée.

J’aime toujours autant Mo Hayder et je lirai la suite des aventures de ses personnages avec envie. Il n’empêche que ce livre restera assez mineur dans sa saga.

 

Viscères – Mo Hayder – Presses de la cité collection Sang d’encre – Janvier 2015 – 441 pages